Résurrection en vinyle d’anciens albums des Melvins

BonerMelvins

Alors que la discographie des Melvins a accueilli cet automne leur dernier poupon, Hold It In, une campagne de rééditions de leurs anciens albums vient d’être lancée. Voilà qui devrait enfin faire satisfaire quelques collectionneurs de vinyles qui s’arrachaient les cheveux à devoir choisir entre disques originaux hors de prix et bootlegs de moindre qualité ! Cette pratique de rééditions non-officielles était si ancrée qu’on la retrouvait même dans le catalogue des labels qui avaient lancé les albums à l’origine… C’est d’ailleurs Boner Records qui va s’occuper cette fois de lancer sur le marché deux double-LP dès le 20 janvier 2015 : le premier regroupera les grands classiques Ozma (1989) et Bullhead (1991), tandis que le second proposera l’EP Eggnog (1991) ainsi que le cultissime Lysol (1992), rebaptisé pour l’occasion « Lice-all ».

La pochette ouvrante de chaque double-LP sera l’occasion de découvrir des photos vintage inédites, tandis qu’un coupon de téléchargement sera bien sûr inclus. Une sélection qui ne pourra qu’enchanter les fans du groupe les plus intransigeants – il s’agit ni plus ni moins des morceaux de choix de leur période pré-Atlantic ! Espérons que la campagne ne s’arrête pas en aussi bon chemin, il reste encore des essentiels à sauver de la spéculation, ne serait-ce que le légendaire Houdini (1993). Pour le moment, les deux packs sont disponibles en précommande sur Amazon US au prix indicatif de 28$. Contactez votre disquaire !

Publicités

Skin Graft réédite le premier opus de U.S. Maple en vinyle collector

Long Hair in Three Stages 2013

Petit évènement pour les amateurs du groupe U.S. Maple, le groupe noise rock de Chicago le plus barré de tous les temps. Clamons-le haut et fort à tous les fans de Captain Beefheart, de Pere Ubu et de Devo réunis : vous, oui vous, malheureux fan qui n’aviez pas pu mettre la main à l’époque sur l’édition vinyle de l’album Long Hair in Three Stages, vous allez enfin pouvoir vous rattraper cette année. Cette petite merveille de no wave, sortie en 1995 dans une luxueuse édition, s’arrache aujourd’hui à prix d’or. Bonne nouvelle : depuis mi-avril, vous pouvez précommander la réédition de cette petite merveille de no wave… pour à peine moins cher ! Sic. Car en effet, le vinyle revient dans les bacs du légendaire label Skin Graft dans une édition encore plus laquée, mais qui devrait vous coûter un bras et une jambe, comme on dit outre-Manche.

Enfin, pas une seule édition. Il y en aura bel et bien trois, séparément : pour la première fois, une version classique, ainsi qu’une version collector et la version Die Cut. Ces deux dernières partagent le même effet wow : une belle pochette en aluminium, avec le nom du groupe gravé à l’intérieur. Vous pouvez admirer tout cela plus en détail sur la page de précommande du label. Pour le moment, comptez 30€ pour le vinyle simple. L’offre propose également la version collector à environ 50€ frais de port inclus, tandis que les plus fortunés (ou les plus fétichistes) se dirigeront vers l’édition découpée à 60€ environ. De quoi faire réfléchir les record geeks les plus acharnés. On notera tout de même l’inclusion de la fameuse piste bonus exclusive à la version vinyle depuis bientôt 20 ans. En tout cas, comme tout bon achat compulsif, celui-ci demande de ne pas réfléchir trop longtemps : une fois que le disque sera sorti, le prix risque bien de ne faire qu’augmenter. Le tirage des versions collector sera limitée au nombre de précommandes, dans la limite de 666 exemplaires.

Si vous ne connaissez pas encore Long Hair in Three Stages et que vous n’avez pas peur d’écouter un album aussi déstructuré que Trout Mask Replica, dans une esthétique où le blues se substitue au rock US le plus crade des années 90, il est fortement conseillé de passer à l’acte en privilégiant une édition CD plus que suffisante pour une simple découverte. Décidément, avec le nouveau master de l’album légendaire de Captain Beefheart, ce mois de mai est bien chargé.

Une bande magnétique de perdue, dix de retrouvées

Les amateurs de rock-choucroute connaissent sans aucun doute le groupe allemand Can, combo visionnaire et séminal qui proposa cinq albums légendaires entre 1969 et 1974 (dont les fameux Tago Mago et Ege Bamyasi), apprécié pour ses savants mélanges de musique concrète, de rock drone, de funk et de musiques du monde. Les plus curieux ont sans doute été jusqu’à racler les fonds de tiroir de leur discographie officielle – tandis que les plus coriaces se seront attaqués aux dizaines de bootlegs circulant sur la toile. Que vous soyez un fan casual ou hardcore, une nouvelle devrait mettre tout le monde d’accord, puisque Mute Records vient à peine de sortir un coffret 3xCD de raretés intitulé The Lost Tapes.

Le label spécialisé dans les musiques indépendantes propose ici une trentaine de pistes correspondant à la période faste du groupe, entre 1968 et 1977. Trouvées lors du démantèlement du studio Can localisé à l’origine à Weilerswist, les bandes magnétiques proposent des versions inédites de morceaux connus, des enregistrements studio et live ainsi que des BO de films eux-aussi restés au placard. Au total, sur la trentaine d’heures d’archives oubliées depuis une quarantaine d’années, Mute aura choisi d’en extraire la substantifique moelle sur trois disques.

Une véritable aubaine et un travail de récupération qui permet d’ores et déjà de classer cette sortie parmi les plus importantes de l’année, avec la réédition des premiers albums de Catherine Ribeiro + Alpes ainsi que le double-CD regroupant l’intégralité des EP et quelques inédits de My Bloody Valentine le mois dernier. Et à en juger les premiers échos, The Lost Tapes (environ 30€ sur amazon) est à la hauteur de toutes les espérances. Joie !

Retour au pays des Alpes

Excellente nouvelle pour tous les fans de musique psychédélique et de folk expérimentale, car devrait enfin sortir la réédition tant attendue des premiers disques du groupe Catherine Ribeiro + Alpes, sous la forme d’une collection à prix doux, Quatre albums originaux, dans la lignée des fameux « Original Album Classics ». Un achat d’ores et déjà essentiel, puisqu’il propose les meilleurs albums de la discographie de ce groupe culte des années 70, dont la renommée reste encore à faire en France comme à l’étranger. Déjà prévu pour le 7 mai, indiqué en rupture de stock sur Amazon, d’autres sites marchands prévoient depuis quelques temps de le mettre en vente dès aujourd’hui.

Si vous ne connaissez pas les talents vocaux de Catherine Ribeiro, sachez que ses chants naviguent entre Brigitte Fontaine et Colette Magny, laquelle la considérait comme « fille spirituelle » de la famille « coup de poing » de la chanson française. Une occasion en or de découvrir ou redécouvrir N.2 (1970), Âme Debout (1971), Paix (1972) ainsi que Le rat débile et l’homme des champs (1974) pour la modique somme de 15€ sur Internet. À titre de comparaison, la version CD de Paix valait à elle seule – jusqu’à maintenant – une cinquantaine d’euros. Ce serait dommage de ne pas céder à la tentation.