Carte postale juilletiste

Après quelques jours au calme, je reprends la plume dès demain pour un billet qui parlera cette fois-ci d’un film qui m’a beaucoup marqué – pas parmi les plus grands chefs-d’œuvre du cinéma, mais qui possède ce petit quelque chose de spécial auquel on s’attache immédiatement. J’en profiterai également pour essayer de prêcher en faveur des méthodes d’un défunt réalisateur qui n’obtient pas toujours l’attention qu’il mérite. En guise d’indice, voilà un petit gribouillage qui pourrait vous mettre sur la voie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s