[Musique] Michel-Richard Delalande – Symphonies pour les Soupers du Roy

Compositeur : Michel-Richard Delalande
Œuvre : Symphonies pour les Soupers du Roy
Version : Ensemble « La Simphonie du Marais », Hugo Reyne (1990)
Label : Harmonia Mundi
Genre : Musique baroque, Danses

Dans la grande tradition de la musique baroque, les œuvres sacrées sont celles qui ont le plus souvent la faveur des amateurs. Dans la famille des grands compositeurs français, Michel-Richard Delalande sacrifie à cette tendance, laissant derrière lui un héritage musical essentiellement religieux, dont les motets annoncent les cantates de Bach. La beauté de sa version du Te Deum a beau être son hymne le plus connu avec la spiritualité de son De Profundis de 1720, il ne faut pas pour autant oublier la richesse de son catalogue profane. Bien que cette musique nous paraisse aujourd’hui lointaine et désuète, gardons à l’esprit que ces compositeurs étaient également des hommes de cour. Delalande composa ainsi des symphonies entières pour les soupers de Louis XIV, une somme monumentale dont n’étaient connues que quelques suites, jusqu’à la sortie en 1990 d’un coffret de quatre disques chez Harmonia Mundi. L’ampleur de cette œuvre longtemps négligée par les éditeurs est alors enfin « restaurée », même si malgré cinq heures de musique, certains affirment qu’il manque une centaine de morceaux à cette intégrale.

Figurons-nous bien le cérémonial des repas du Roi Soleil, transformés en de véritables festins quasiment chorégraphiés. Le rituel des services s’accompagne de musiques, choisies selon l’humeur du Roy toutes les deux semaines. Courtisans et autres curieux se pressent à l’arrivée en fanfare de leur lumineux souverain, suivis par les divers plats au service de leur majesté, apportés par une armée de servants – la viande étant accompagnée avant tout autre mets de trois gardes du corps à la carabine chargée. Entre chaque service, un groupe de musiciens jouent un air composé par Monsieur Delalande, surintendant de la musique de la chambre du Roy. On peut dès lors s’imaginer une écriture aussi chargée que pourrait laisser le supposer le faste ampoulé versaillais : un menu si interminable qu’on frôlerait l’indigestion auditive. Que nenni ! L’ensemble « La Simphonie du Marais », sous la direction d’Hugo Reyne, parvient à nous prouver le contraire.

Pour le tricentenaire de cette « musique de table », les interprètent parviennent non seulement à reconstituer un répertoire jusque-là très peu connu, mais à le faire vivre et virevolter. Les passacailles succèdent aux passe-pieds, des chaconnes plus élaborées viennent contraster avec quelques bourrées, gavottes et autres gigues. De menuets en sarabandes en passant par les rigaudons, Delalande propose un festin musical où se mêlent flûtes, violons, violes et théorbes, clavecins et flûtes à bec, trompettes et cornemuses. Des mélodies à croquer et à danser, auxquelles tout un cortège de percussions donnent le rythme : tambourins, gamelans, antiques échelettes (xylophones), gongs et autres crotales. Raffinement et pétulance font bon ménage dans ces compositions bariolées, dont l’instrumentation joyeuse et enlevée ravive les couleurs d’un protocole qui semble terne aux premiers abords.

On ne trouve que peu de choses à redire sur les choix de tissus orchestraux des interprètes qui font revivre l’esprit inventif de Delalande. Chaque suite possède une individualité, une identité sonore, une dynamique propre, résultat d’un long travail d’investigation sur les ornementations en usage à l’époque de la Versailles opulente. Il existe en effet très peu d’indications quant à la façon de mettre en musique ces compositions – chose qui n’est pas rare à l’époque, on pourrait reprendre l’exemple de Bach et des multiples versions de son Art de la Fugue. Les principaux axes de travail d’Hugo Reyne et de « La Simphonie du Marais » : instrumenter, ornementer, caractériser les danses pour mieux effectuer le travail de recomposition. On imagine la tâche titanesque à accomplir et le courage d’un ensemble alors encore jeune.

Quand bien même l’utilisation de castagnettes puisse sembler inadaptée (serait-ce pour établir une balance avec les crotales ?), celle d’instruments exotiques ou champêtres comme la loure normande ou les tambours de Siam paraît parfaitement adéquate – on retrouve la description de ce genre d’instruments thaïlandais dans d’obscurs livres d’époque, tels que Du Royaume de Siam de Simon de la Loubère. Au final, restent peut-être quelques défauts d’homogénéité propres à une telle entreprise, que les plus fins et les plus exigeants des gourmets pardonneront avec le sourire aux lèvres.

Cette superbe fresque de la musique profane, avec une orchestration aussi enjouée et inventive, atteste du génie du compositeur qui, au sein même d’une étiquette rigoureuse, était capable d’en tirer le meilleur parti possible. Bien évidemment, c’est un genre de musique qu’il faut apprendre à aimer. Si je vous déconseille de la jouer à vos propres dîners, elle se révèle en soi une excellente occasion de découvrir une musique baroque rafraîchissante. Cette magnifique intégrale n’ayant pas été rééditée depuis vingt ans, je vous la propose en téléchargement via les commentaires. Un service à domicile, que demande le peuple ?

Publicités

5 réflexions sur “[Musique] Michel-Richard Delalande – Symphonies pour les Soupers du Roy

  1. Très instructif ton article…. Est-ce que tu as prévu d’uploader ce coffret.? Impossible de le trouver sur le web. Merci. 🙂

    • C’était prévu mais pas franchement dans l’immédiat, c’est un gros morceau à uploader. Cela dit c’est une vraie rareté et cela peut intéresser quelques personnes… Disons que d’ici la fin de semaine, je fournirai des liens 4xCD 😉

  2. Pingback: Première bougie pour OTBT = LRD « Triple-Play  | «oFF tHE bEATEN tRACK(LIST)S

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s