[Musique] Annick Nozati – La peau des Anges

Artiste : Annick Nozati
Titre de l’album : La peau des Anges
Année de sortie : 1997
Label : Vand’Oeuvre
Genre : Improvisation libre, Avant-Garde

Plus que tout autre instrument, la voix permet une mise à nu du monde. La force de son souffle, la puissance de sa vibration, ses possibilités extraordinaires de modulation en font bien plus que l’outil premier d’une langue. La voix permet tous les langages, tous les timbres. Dans le monde occidental, certains reconnaissent les vertus de la musique instrumentale de Bach ou Mozart – même si cela reste toutefois peu répandu. Il faut chercher ailleurs les bienfaits thérapeutiques de la voix, que ce soit dans la médecine orientale ou chez les Indiens Navajo, comme l’homme-médecine Sam Begay. En somme, même si un enregistrement ne permet évidemment pas d’éprouver les sensations d’un vrai concert, la voix possède un véritable intérêt en la matière. Et ce n’est pas Annick Nozati, artiste branchée sur la musicothérapie, qui nous aurait dit le contraire.

Comédienne à ses débuts, Annick Nozati fait partie de ses grandes oubliées, surtout chez ceux pour qui l’improvisation vocale se situe hors du champ musical. Ce serait oublier son influence sur les travaux expérimentaux, entre autres, de Maja Ratkje. Nozati aura multiplié les collaborations le long de sa carrière, que ce soit avec l’Art Ensemble of Chicago ou avec son amie Joëlle Léandre avec qui son voyage de l’exploration la mènera à la création d’un trio avec la pianiste Irène Schweizer. Dès les années 80, cette artiste-peintre s’impose parmi les figures les plus emblématiques du genre, aux côtés de Barre Phillips et Daunik Lazro. Un changement de vocation produit à travers la rencontre d’un certain Jacques Lasry, chercheur en musique concrète qui lui reconnaît un talent exceptionnel et l’invite rapidement à s’aventurer dans le monde des structures Baschet.

Dans cette optique, la voix est destinée à être modulée à travers des « instruments » conçus au début des années 50, les fameuses structures sonores fabriquées par les frères luthiers Bernard et François Baschet. Le but de ces sculptures : épanouir les possibilités du domaine sonore, en utilisant les caractéristiques des résonances et dissonances métalliques, l’amplification étant permise par des tables d’harmonie. La plus connue de ces structures étant sans conteste le Cristal, auquel on joue en frottant des mains mouillées sur des tiges de verre.

Sur La peau des Anges, les prouesses vocales sont rendues possibles par l’utilisation d’une autre structure, en forme de double corolle, baptisée Tôle à Voix – qui n’est pas sans évoquer les costumes métalliques créés par les frères Bachet pour le film de William Klein : Qui êtes-vous Polly Maggoo ? (1966). Son fonctionnement est expliqué en ces termes dans les notes de l’album : « La Tôle vibre sous l’effet des ondulations sonores de la voix, provoquant ainsi une réverbération naturelle, une amplification, ainsi que des fréquences propres au métal, qui s’associent à celles du chant, qu’elle enveloppe et soutient. »

L’ensemble commence par de délicates modulations, permises par l’usage des quatre cordes de cet instrument. Les quatre premiers morceaux de La peau des Anges invitent l’auditeur à un voyage presque immatériel, calme et serein, dans un pays où la voix se fait douce et étrange. Mais dès la cinquième piste, « C’est un pays sans fin », le registre se fait plus expérimental, où la courte narration de ses propres textes se brode autours de dissonances plus agressives. « Une lumière qui ne dérange pas l’ombre » rappelle davantage les prouesses de Sidsel Endresen, perle norvégienne de jazz vocal et proche de Bugge Wesseltoft.

C’est la piste éponyme qui introduit la première utilisation marquée d’un piano « très » préparé (!), qui en accompagnement bancal de la Tôle, souligne les efforts d’une poésie expérimentale où chaque syllabe est déstructurée. Piano que l’on retrouve dans « Ivresse » dont la structure parlée-chantée, plus classique, trouve un écho avec « C’est un grand oiseau blanc ». À travers ses accents de musique traditionnelle, « Entre les choses » voit une pulsation métallique accompagner l’interprète, évoquant des cérémonies spirituelles bouddhistes qui s’aventureraient dans un registre plus aigu.

Au sein de cette collection d’expérimentations vocales se dégage un triptyque long d’une dizaine de minutes, la « Suite Grande TÔLE Folle ». Alors que tout commence dans un bruit d’alarme, survient bientôt l’une des alchimies les plus fortes du disque : la Tôle sonne en chœur avec le chant de la soliste, passant d’un simple effet de réverbération à un timbre proche d’un saxophone dans lequel Kaoru Abe cracherait ses poumons (effet que l’on retrouve dans le très court « Autour de la nuit »), qui se clôt par des cris et borborygmes proches de ce que Mike Patton pourrait proposer.

La Peau des Anges est un très bel album qui finit comme il a commencé : une errance irréelle, comme si « Le chemin [qui] fait l’œuvre » était « Accompli ». Cet album aujourd’hui épuisé est indisponible sur le site du label Vand’œuvre. C’est pourquoi je le partage avec vous à travers les commentaires.

Download link in comments.

Publicités

5 réflexions sur “[Musique] Annick Nozati – La peau des Anges

  1. Pingback: Première bougie pour OTBT = LRD « Triple-Play  | «oFF tHE bEATEN tRACK(LIST)S

  2. Excellent ! ça donne direct l’envie de réécouter la Dame.
    J’ai souvenir d’une performance inouïe (aux Instants chavirés à Montreuil, en 1994, avec Daunik Lazro !)
    passant par tous les états, laideur, grâce, souffrance et éclats de joie, ridicule et belle à la fois.
    un moment incroyable !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s