[Musique] John Zorn – Filmworks XXI: Belle de Nature & The New Rijksmuseum

Artiste : John Zorn
Titre de l’album : Filmworks XXI: Belle de Nature & The New Rijksmuseum
Année de sortie : 2008
Label : Tzadik
Genre : Bande originale, chamber jazz, minimalisme

Avec pas moins de vingt-quatre volumes de Filmworks à son actif, on comprend facilement quelle proportion prennent les compositions pour films dans la discographie éclectique de John Zorn. La plupart du temps, ce dernier parvient à regrouper ses travaux d’une manière intelligente, en leur donnant des lignes de force communes. C’est le cas de l’un des derniers albums de cette collection de bandes-sons, Belle de Nature & The New Rijksmuseum, sorti en octobre 2008, qui réunit deux ensembles de composition sous un même thème : revisiter le paysage sonore de deux genres musicaux tombés en désuétude.

En effet, ce vingt-et-unième volume semble nous offrir une différente perspective pour une musique de la Renaissance (Belle de nature) et la musique baroque (The New Rijksmuseum). La première partie de ce diptyque est jouée par un duo harpe/basse posant une base acoustique sur laquelle Marc Ribot plaque quelques accords électriques bien sentis, donnant l’impression d’une rencontre improbable entre John Dowland et Loren Mazzacane Connors. On ressent également une très forte touche « celtique », quand la guitare ne laisse pas échapper de magnifique soli (quoiqu’un peu hors contexte) notamment dans « Orties cuisantes ». Une osmose vraiment réussie, alchimie mélodique trouvée entre deux éléments pourtant disparates.

Le second tableau surprend également par son originalité. On jurerait cette fois assister à la redécouverte du clavecin  par un grand ponte de la musique répétitive, un Terry Riley cherchant ses marques dans les sonates de Domenico Scarlatti, pour le meilleur et… pour le pire. Malgré une belle orchestration et une section rythmique en forme (très bon Cyro Baptista, excellent Kenny Wollesen), l’anamorphose musicale ne fonctionne pas vraiment. Elle peine même à proposer quelque chose de vraiment neuf, et ce n’est pas la très jazzy coda « Completion » qui change la donne sur ce point. Ce qui est bien dommage, tant la suite Belle de Nature avait réussi son pari. On éprouve donc du mal à niveler ces deux projets, entre jazz de chambre inspiré et agréable musique de fond. Reste une certitude : les amateurs de jeunes rousses du type naturistes à Brocéliande seront ravis par la fraîcheur du packaging !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s