[Livre] Eiji Yoshikawa – Musashi

Auteur : Eiji Yoshikawa
Titre : Musashi (1935)
Année de parution : 2007
Éditeur: J’ai lu
Collection : Littérature générale

Les amateurs de culture japonaise et autres otaku sévissant dans le monde occidental semblent tout indiqués pour nous parler des héros et icônes de ce pays ; mais le plus souvent, l’intérêt se limite aux « sous-cultures », c’est-à-dire aux personnages de mangas et de jeux vidéo. Malgré tout, on y rencontre parfois des dérivés de personnages historiques, voire des séries entières basées sur la vie de grands hommes. C’est le cas de Vagabond, manga basé sur l’œuvre de Eiji Yoshikawa : Musashi, roman en deux tomes (La Pierre et le Sabre et La Parfaite Lumière) relatant la vie d’une figure emblématique de l’histoire et de la spiritualité nippones. Quel intérêt pour nous, occidentaux ?

Très populaire au Japon, ce texte imposant raconte le parcours initiatique d’un jeune paysan brutal, Takezō, appelé à devenir la plus fine lame de l’histoire, le célèbre Miyamoto Musashi. De façon très romancée, l’auteur nous invite à découvrir les traits marquants de ce sabreur hors pair en le replaçant dans un contexte historique précis. A la manière des grands romans d’aventure du XIXe siècle, on retrouve l’éloquence des fresques de Dumas père, dans un style épuré qui délivre un vrai plaisir de lecture. D’ailleurs, la transformation radicale du protagoniste après une période d’emprisonnement n’est pas sans rappeler Edmond Dantès… à ceci près que Musashi est loin d’être un parangon de vengeance.

Car même si les évènements gravitent autour d’un personnage central, la part belle est ici faite à la spiritualité. A la lecture des deux tomes en français, la morale triomphe et laisse peu de place aux fanfaronnades ; celles-ci sont réservées au principal antagoniste, le redoutable Kojirō Sasaki. De nombreux personnages viennent étoffer le récit jusqu’au duel final sur l’île Gan-Ryu, et servent à traiter de sujets importants : l’amitié, l’amour, l’honneur. Seul, Musashi vit par le sabre, c’est par lui qu’il cherche à atteindre la sagesse et la perfection.

Il s’agit donc de se plonger dans la culture nippone et d’en comprendre la complexité, notamment la recherche d’une harmonie au quotidien (Wa) dans le respect des règles de courtoisie mutuelle (Amae). L’image du Japon du XVIIe siècle que présente Yoshikawa rappelle à ses lecteurs la grandeur et l’importance des traditions, et  nous décrit la noblesse du passé à la veille de la Seconde Guerre Mondiale. Doit-on alors s’étonner de sa vision idéaliste ?

On ne peut que constater, plus de soixante-quinze ans après sa création, l’importance de cette œuvre littéraire. Sujette à une adaptation au cinéma, une trilogie avec Toshirō Mifune dans le rôle principal, l’influence du vrai Musashi s’étend même jusqu’en occident. Bien que méconnu chez nous, il est l’auteur du Traité des Cinq Roues (invoquant des idées proches de Sun Tzu et de Plotin), alors que son « Dokkodo » a bercé l’un des  plus grands mythes de la culture populaire occidentale : Star Wars.

Publicités

Une réflexion sur “[Livre] Eiji Yoshikawa – Musashi

  1. Pingback: [Livre] Miyamoto Musashi – Le Traité des Cinq Roues | oFF tHE bEATEN tRACK(LIST)S

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s